« Seigneur, qu’ils sont nombreux mes adversaires ! » (Psaume 3,1)

Voici un psaume essentiel pour l’entrée dans la maturité spirituelle. Car si, sur le plan humain, nous pouvons nous dire : « moi, je n’ai pas d’ennemis ! » (espérons-le !), sur le plan spirituel… personne n’est ‘étanche’ à ce que Jésus appelle « les souffles pourris / impurs / corrompus », autrement dit : malsains, qui ne sont pas de bon conseil, et nous séparent du vivant, malgré les apparences.

Il est donc essentiel de ne pas confondre ces deux niveaux. C’est ce que l’on appelle le discernement spirituel, ou discernement des esprits : ce que je ressens si fortement, est-ce que cela vient (1) de moi-même (de mon histoire, vécu, éducation, etc.), (2) de Dieu (Esprit Saint = « pas pourri », pas trompeur), ou encore, (3) de cette adversité spirituelle qui refuse la Présence de Dieu ?

Pour le découvrir, l’attention profonde qui peut s’offrir dans la prière silencieuse, ‘immobile’, contribue à certains éclaircissements de conscience qui ne sont pas de la ‘réflexion’, mais plutôt une mise en lumière. Alors, je découvre que mes ennemis ne sont pas tant ‘au-dehors’ que ‘au-dedans’.

C’est pourquoi ce psaume, le premier psaume chanté au réveil, en pleine nuit, par d’innombrables moines et moniales autour du globe et à travers les siècles, réveille d’abord en nous la vigilance. Car, oui, ils sont nombreux, ‘mes ennemis’, c’est-à-dire, en fait, les ennemis de Dieu et de ma relation confiante à Dieu ! Toutes ces ‘énergies mauvaises’ (ou pulsions, élans, ‘pensées’, dans le vocabulaire ancien) qui s’opposent, par tous les moyens possibles et imaginables, à l’attention à Dieu ; à l’écoute de sa Parole ; et plus encore, à la confiance que cette Parole est vraie, et ‘qu’elle conduit à la vie’, même si ce chemin d’obéissance passe par la mort à mes réactions réflexe, à mes mauvaises habitudes et autres conditionnements. Là surgit le combat de la prière, aux prises avec ces forces qui se dressent contre (ad-versare) l’obéissance à la Parole et la docilité à l’Esprit Saint.

Mais la suite de ce Psaume (et de tout Psautier) vient à notre secours !

 

***

Philippe Rohr, diacre & aumônier

28 avril 2022

***

📸 – VicB / Pixabay