« Le Seigneur m’a dit :
Tu es mon Fils – Moi, aujourd’hui, je t’ai enfanté » (Psaume 2, 7)

Après avoir annoncé en ouverture les bienfaits promis aux croyants, puis mis en garde contre ce qui « murmure », et même ce qui se dresse contre Dieu, en nous et entre nous, le Psautier poursuit sa pédagogie spirituelle. Voici peut-être LA Parole importante entre toutes, qui est d’ailleurs précisément celle que l’Évangile prononce, au moment où Christ est baptisé : « Moi, aujourd’hui, je t’enfante », dit le Père de toute Vie qui est « dans les cieux » – c’est-à-dire que c’est notre véritable et unique Père spirituel, au sens fort : Celui dont provient non seulement toute grâce, mais le Souffle Saint qui éclaire… purifie… vivifie !

Cette simple « petite » Parole (qui se déploie au présent, car Dieu ne cesse de nous engendrer) nous rappelle que nous sommes destinés à vivre DE et DANS cette filiation. « Fils » n’est pas ici une question de « garçon » ou « fille », mais de relation filiale, vivante et agissante. C’est ce qu’opère en nous la foi en Jésus : adhérer au Fils qui nous fait tous filles et fils du Père, en nous sauvant d’autres filiations… perverses ! (relire par ex. Ps 51, 5 ; Jn 8,44). Car notre destinée est d’être des « oint(e)s », d’êtres des « christs » ! Et de nous laisser transformer, selon ce qu’en décrit Saint Paul : « nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ [« Jésus qui a reçu l’Onction »], qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire » (Ph 3, 20-21).

C’est pourquoi, si nous nous taisons, pour entrer en prière; ce n’est pas « pour retrouver notre calme » ou pour vivre un moment de « wellness » – mais bien pour nous mettre à l’écoute de notre Filiation véritable. Pour nous souvenir pleinement, de tout notre être, que nous sommes dans les douleurs de l’enfantement, et que la longueur (inconnue) de notre vie terrestre ne sera pas de trop pour nous laisser oindre par cette Paix qui fait dire à l’apôtre Paul : « Je vis, mais ce n’est pas moi (pas mes propres forces, ma propre volonté) : Christ vit en moi ! » (Ga 2, 20)

***

Philippe Rohr, diacre & aumônier

31 mars 2022

***

📷 – melindarmacaronikidcom/Pixabay