« …ils sont multiples / se multiplient, ceux qui disent à mon âme :
« pas de salut en Dieu ! » (Psaume 3,3)

Pourquoi l’humain n’accueille-t-il pas la Vie de Dieu comme une nécessaire évidence ; avec humilité et confiance ? Pourquoi y a-t-il en nous une adversité, qui se « dresse contre » Celui qui est « Commencement en Aboutissement » de notre destinée ? (Ap 22,13).  Car, au fond, l’équation spirituelle avec laquelle nous sommes aux prises toute notre existence est très simple : Dieu veut nous arracher à la mort. C’est le témoignage de la Parole biblique, et c’est la signification même du nom « Jésus » qui affirme : « quiconque vit et met sa confiance en moi, même s’il meurt, vivra » (Jn 11, 25).

Voilà pourquoi le Psaume 3 est d’un secours particulier, dans nos combats intérieurs ; surtout quand nous sommes tentés de nous détourner de Dieu et de la prière, lorsque nous sommes pris dans une sorte de « filet intérieur », et comme acculés à cette parole amère : « pas de salut en Dieu » ! Et là (comme toujours avec les Psaumes), le premier secours est sans doute de reconnaître la souffrance qui est la nôtre, et les forces contraires qui nous tiennent ! Alors, persévérant sur le chemin du retour à la prière, grâce à chacun des mots de ce Psaume, nous pourrons revenir à Celui, dit le Ps 3 « qui relève notre tête… qui est notre soutien dès le sortir du sommeil… qui entend les cris de ceux qui l’invoquent… et va se lever pour briser les dents de toutes ces pensées destructrices », afin de faire lever à nouveau en notre cœur la Lumière de la Vie, quelles que soient les circonstances extérieures.

***