pasteur Marc Pernot
https://jecherchedieu.ch

Prière

Notre Père, en un soir que ce jeudi nous rappelle,
ton Fils a lavé les pieds de ses disciples,
lui le Seigneur et le Maître, s’est fait serviteur,
ton Fils a donné les promesses de la vie éternelle,
ton Fils a rompu le pain et offert la coupe.

Seigneur, tu es le même hier, aujourd’hui, éternellement.

C’est la même voix, ta voix, qui nous invite.

C’est la même main, ta main,
qui nous tend le pain de vie de l’Évangile,
et c’est ton fils, avec nous jusqu’à la fin du monde,
qui nous verse en notre coupe une vie nouvelle.

C’est la même prière, qui n’a jamais cessée,
pour la fidélité de tes enfants
et qu’ils s’unissent dans le corps même corps du Christ.

C’est le même amour qui nous aime le premier,
l’amour qui va jusqu’à donner sa vie pour ceux qu’il aime.

Seigneur, toi qui es le même,
à nous qui sommes les mêmes, faibles et pécheurs,
tu accordes ta grâce, ton pardon, et ta paix,
la même grâce pour chacun de tes enfants,
puisque telle est ta tendresse de Mère.

Amen.

Psaume 116, 1-14

J’aime l’Éternel
Il entend le cri de ma prière
Il incline vers moi son oreille
toute ma vie je l’invoquerai !

J’étais pris dans les filets de la mort
retenu dans les liens de l’abîme
J’éprouvais la tristesse et l’angoisse
J’ai invoqué le nom de l’Éternel

« Éternel, je t’en prie, délivre-moi ! »

L’Éternel est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse,
l’Éternel défend les petits,
j’étais faible : il m’a sauvé.

Retrouve ton repos mon âme,
car l’Éternel te fait du bien,
Il a sauvé mon être de la mort,
gardé mes yeux des larmes
et mes pieds du faux pas,

Désormais, je marcherai avec l’Éternel
sur la terre des vivants.

Jean 13,1-15

Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l’heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait jeté au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, la pensée de le livrer, sachant que le Père a remis toutes choses entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il va vers Dieu, Jésus se lève de table, dépose son vêtement et prend un linge dont il se ceint. Il verse ensuite de l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

Il arrive ainsi à Simon-Pierre qui lui dit : « Toi, Seigneur, me laver les pieds ! » Jésus lui répond : « Ce que je fais, tu ne peux le savoir à présent, mais par la suite tu comprendras. » Pierre lui dit : « Me laver les pieds à moi ! Jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu ne peux pas avoir part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, non pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Celui qui s’est baigné n’a nul besoin d’être lavé, car il est entièrement pur : et vous, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait en effet qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il dit : « Vous n’êtes pas tous purs. »

Lorsqu’il eut achevé de leur laver les pieds, Jésus prit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que j’ai fait pour vous ? Vous m’appelez “ le Maître et le Seigneur ” et vous dites bien, car je le suis. Dès lors, si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car c’est un exemple que je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi.

Commentaire

Jésus revêt un linge et se met à laver les pieds de ses disciples. Quelle était le sens de ce geste à l’époque ? C’était un travail de femme dans la Bible (1 S 25,41, 1 Tim 5,10) et dans d’autres textes antiques, où l’on voit que ce « linge » dont il est question est un tablier de femme (Vie d’Ésope I:61, Hérodote VI:19). Jésus se présente ici en servante, ce qui est bouleversant, dans les deux sens du terme :

1) Il se fait serviteur. Il arrive dans la Bible que Dieu soit comme cela : il promet à Jacob de le suivre pour le secourir (Gn 28,15), et dans cette bénédiction « l’Éternel lève son visage vers toi » (Nb 6) Dieu se place en dessous de nous afin de nous porter. Jésus reprend cela par son geste et en fait le cœur de sa théologie et de son éthique : Dieu fait tout ce qui est en son pouvoir pour nous ; si cette façon d’être pouvait nous inspirer, cela changerait le monde.

2) Jésus se fait même servante, il laisse son vêtement d’homme et s’habille en femme, ce qui était interdit (Dt 22,5). je pense que c’est cela qui choque le plus, en particulier Pierre. Un texte du IIe siècle (Évangile selon Marie 17,14) dit que Pierre a été le plus virulent pour ne pas accepter qu’une femme, Marie-Madeleine, ait été faite par Jésus apôtre des apôtres (Jn 20,17-18). Ce geste étonnant de Jésus se présentant en servante précise la façon dont Dieu nous sauve, non par le pouvoir et la force, Dieu nous accouche, nous allaite, nous soigne, nous élève avec tendresse et patience.

3) Jésus est au service tout en se déclarant Maître et Seigneur. Lui, mâle, se présente en femme pleine de personnalité, de liberté et de caractère. Cela dit haut et fort qu’en Christ, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme (Ga 3,28), que nous sommes tous et toutes unis en Christ, héritiers de la même promesse, ayant tous et toutes le droit de faire la vaisselle, comme celui de proclamer l’Évangile du Christ dans le monde.

Envoi

Dans sa 1ère lettre(3,16-18), Jean nous dit :

Petits-enfants, n’aimons pas seulement en paroles
mais en action et en fidélité.

À ceci nous avons connu l’amour,
c’est qu’il a donné sa vie pour nous,
nous aussi, nous pouvons donner de notre vie
pour nos frères et sœurs.

Bénédiction

L’Éternel te bénit, et te garde fidèlement,
L’Éternel fait briller sur toi sa lumière, et t’accorde sa grâce,
L’Éternel lève son visage vers toi et te donne la paix !
Béni sois-tu ô Dieu source de vie.