« Tu donnes la joie dans mon cœur
– plus qu’au temps où leur blé et leur vin nouveau ont abondé » (Psaume 4,8)

Une fois encore, avec ce verset du Psaume 4, est exaucée notre prière – comme celle du soldat romain à Jésus : « Dis seulement une parole ! Et mon serviteur sera guéri » (Lc 7,7). Et quelle parole que celle-ci, pour venir prendre soin de notre âme ! Qui nous rappelle qu’en Christ, Dieu nous donne toute joie et toute paix. Au cœur même des difficultés et des épreuves. C’est d’ailleurs la veille de son arrestation brutale, puis de sa mise à mort, que Jésus dit ceci de son enseignement de Vie : « Je vous ai dit ces paroles afin que vous ayez la paix en moi. » ; « Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit pleine. ». Et de même, en priant le Père : « Maintenant je vais à Toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie pleine. » (Jn 16,33 ; 15,11 ; 17,13).

Paix et Joie ! Ce n’est pas seulement la salutation franciscaine bien connue, c’est ce que Dieu veut communiquer à tout être humain. En nous souvenant que cette « joie de Dieu », donnée comme une eau pure, ne se confond pas avec ce que nous appelons « bonheur »… si vite évaporé ! Car il y a là une réalité qui recouvre à la fois le Don, la grâce, les charismes ; toute source de joie spirituelle… Tout ce qui vient « remplir nos silos et nos pressoirs » – pour utiliser la comparaison du psalmiste – justement quand nos propres récoltes sont bien maigres, voire inexistantes, ou détruites. C’est pourquoi l’apôtre Paul ose cette exhortation provocante : « Réjouissez-vous toujours ! » ; « Réjouissez-vous… dans le seigneur ! » (Ph 4,4). Une attitude qui ne méprise absolument pas, soit dit en passant, les belles moissons et autres vendanges terrestres ! Car voici une parole du désert, prononcée par des humains qui savent la valeur de toute plante, de toute sève, de toute récolte. Une parole qui nous accueille comme notre Père céleste sait accueillir chacun de ses enfants, « dans le secret », en nous murmurant : « Viens ! Arrête-toi un instant, que je mette ma joie dans ton cœur ; laisse-moi remplir et bénir tous tes creux et tes plaies par mon Amour débordant… »

*

Philippe Rohr, diacre & aumônier

9 juin 2022

 

***

Crédit photo : Kranich20 / Pixabay