« … car Tu n’es pas un Dieu qui prend plaisir au mal :
le mauvais ne peut pas séjourner chez Toi (…) ;
mais je peux entrer dans ta maison,
à cause de ton immense grâce et de ton amour (…) ;
que tous ceux qui se réfugient en Toi se réjouissent ;
qu’ils crient de joie à jamais ! » (Psaume 5, 5.8.12)
 

De verset en verset, de Psaume en Psaume, la Parole nous conduit dans un véritable enseignement spirituel – et nous guide dans « la vraie vie ». Face aux inconnues de nos existences ; à tout ce qui « échappe », quelles que soient nos intentions. Face aux grâces inattendues et à l’irruption du mal – que ce soit celui que je commets, ou que d’autres me causent. Autant d’énigmes, parfois douloureuses, qui trouvent leur dénouement intime dans la prière profonde, c’est-à-dire, dans notre relation intime, « dans le secret », avec le Seigneur Vivant. Éclairés par sa parole, qui ne nous laisse pas nous perdre.                     

D’abord, il est clair que Dieu est absolument et radicalement étranger à tout mal ; il reste impénétrable, pur et saint. (cf. Lv 20, 26 ; Mt 5, 48 ; 1 P 1, 15-16 ; Hb 12, 14 – et bien d’autres). C’est la première chose à toujours garder face à soi, lorsque nous nous rendons disponibles, dans un espace de prière : « Sache devant Qui tu te tiens ! » comme le dit un précepte juif (Guémara Sota 5a). Mais la suite de ce Psaume 5 nous enseigne aussi que la Pure Grâce de Dieu est offerte à quiconque se soumet, en conscience et en confiance, à cette Lumière divine à qui rien n’échappe.

A l’inverse, Jésus dénonce celles et ceux qui pensent « pouvoir s’en tirer avec leurs petites combines » (Jean 3, 20). Notre foi nous permet donc précisément de venir nous mettre « en pleine lumière », volontairement, sans craindre : « Si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste » (1 Jn 2,1). Ce qui signifie que, même ou surtout dans le péché, notre refuge le plus sûr est la confiance en Dieu. Tous les maîtres spirituels en attestent, fondés dans la Parole : la porte de toute joie et de toute consolation est la confession, pleine et entière, au Dieu Vivant.

***

Philippe Rohr, diacre & aumônier

23 juin 2022