Jeudi 21 février 2019

Le mystère de l’endurcissement (Romains 11,1-10)


Lire le texte

La bonne nouvelle est annoncée, mais elle n’est pas reçue par tout le monde. Si Paul parle ici du peuple d’Israël, ce constat peut être élargi. Que ce soit pour l’annonce de l’Evangile ou pour d’autres messages de vie ou des dynamiques positives, il arrive que cela bloque pour toutes sortes de raisons. Je constate ce phénomène autour de moi, mais aussi en moi. Ce que Paul appelle l’endurcissement est un mystère. Parfois, l’humain se ferme à la vie et préfère rester dans ses anciens schémas. Cela nous arrive à tous, mais l’endurcissement, c’est l’installation durable de cette situation. Paul en parle pour Israël face à l’annonce de l’Evangile, mais cela vaut aussi pour tous les enfermements dans le mal : Des humains deviennent des bourreaux ou simplement des complices indifférents, d’autres restent bloqués sur d’anciennes blessures ou choisissent la vengeance plutôt que d’autres chemins. L’endurcissement est un mystère comme le mal. Je ne lis pas de déterminisme chez Paul qui insiste sur la grâce divine. Dieu scelle par l'endurcissement la situation dans laquelle l'homme se met. Seule la grâce permet d'en sortir. Le choix de la vie reste toujours possible même s’il est difficile. Face au mystère de l’endurcissement, il ne reste que la prière et l’espérance.

Patrick Schlüter

Prière: O Dieu, ne me laisse jamais m’enfermer dans le mal. Que je sache aussi, comme toi, poser sur les autres un regard qui continue toujours d’espérer.  

Référence biblique : Romains 11, 1 - 10

Commentaire du 22.02.2019
Commentaire du 20.02.2019