Vendredi 23 juin 2017

Patatras, ah là là et tralala! (Actes 13,44-52)


Lire le texte

Pourtant, les choses semblaient avoir bien tourné. Le propos de Paul à la synagogue de la ville avait eu de l'impact et suscité un vif intérêt. En somme, l'affaire paraissait entendue. Or, voici que quelques jours plus tard, patatras! La présence notable de gens extérieurs à la synagogue vient ruiner les espérances de l'apôtre, du fait que les enthousiastes d'un sabbat deviennent les crispés du suivant qui se cabrent devant cette ouverture malvenue. Dans l'intrigue des Actes, cet épisode surprenant (suivi de quelques autres du même acabit) vient sans doute rendre compte des déceptions ressenties par Paul dans son effort de convaincre ses coreligionnaires, et du refus déconcertant de la plupart d'entre eux face à une manière de comprendre le salut qui n'était plus réservée à Israël. Le récit raconte ici que le point de rupture entre judaïsme traditionnel et christianisme émergent ne se situe ni dans le rapport à la loi, pas même dans la messianité de Jésus, pourtant deux points habituellement désignés comme problématiques, mais bien sûr dans le salut destiné à tous et exprimé par la résurrection, acte de liberté de Dieu qui vient faire imploser les cadres de référence traditionnels. Au contraire des juifs, les païens s'en trouvent fort à l’aise et embrassent la foi nouvelle avec enthousiasme. Peut-être avaient-ils perçu ce qu'exprime le bibliste Daniel Marguerat dans son commentaire: «Vivre le pardon, c'est goûter la saveur de Pâques. L'effacement des fautes est la concrétisation ordinaire de la résurrection dans l'existence humaine.»

Blaise Menu

Prière: Seigneur, tu me diriges vers ta joie: tu allèges mes pesanteurs, tu dégages mon chemin, tu libères mon avenir de la fatalité qui semblait le boucher. Tu pétris ma vie avec un levain nouveau; fais de moi le boulanger-pâtissier de ton royaume!  

Référence biblique : Actes des Apôtres 13, 44 - 52

Commentaire du 24.06.2017
Commentaire du 22.06.2017