Samedi 22 septembre 2018

Un horizon infini (Ecclésiaste 12,1-14)


Lire le texte

La création tout entière s'associe à notre destin. Qui dit création, dit présence du Créateur, qui a fécondé l’éternité pour faire naître le temps, notre temps. Nous ne sommes pas seuls. De la fortune qui nous est accordée à notre naissance, de tous ces moments passés et à venir, nous ne sommes pas uniques garants. Dans une vie, un monde qui échappe à notre contrôle, nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes. L’éphémère, le transitoire font partie de notre condition humaine et pourtant, si nous acceptons que cela soit, la joie et le sens sont possibles, parce que le meilleur des ‘gestionnaires de fortune’ nous permet de découvrir et de savourer la beauté de ce chemin. Nous ne sommes pas la mesure de toute chose, nous ne sommes pas notre propre fin, et puisqu’il nous est donné de croire, nous pouvons en toute liberté choisir en quoi et en qui nous croyons. Devant nous se déroulent des possibles sans fin, entre découragement et espérance. Si nous choisissons cette dernière, notre horizon limité peut s’ouvrir sur plus grand que nous. Cette croyance-là ouvre à la confiance, une confiance pratique, choisie, décidée et affirmée envers et contre tout, ce qui empêche d’entrer pleinement dans la vie. Tout est vanité, mais la vanité elle-même peut devenir tremplin pour reconnaître qu’au-delà de la connaissance, au-delà de la sagesse impassible, il y a une Présence qui est l’ultime réalité, et le point de référence infini.

Ariane Baehni

Prière: Merci, Seigneur, pour cette sagesse nouvelle de ta Parole au creux de l’éphémère de notre vie.  

Référence biblique : Ecclésiaste 12, 1 - 14

Commentaire du 23.09.2018
Commentaire du 21.09.2018