Les comptes 2017-2018 sont bons

Pour la troisième année consécutive, les comptes de l’Eglise protestante de Genève sont positifs ! Le bénéfice net de l’exercice 2017-2018 s’élève à un peu moins de CHF 49’500.- et le résultat opérationnel se monte à CHF 578’000.- Pour résumer, les dons continuent à baisser ; l’immobilier poursuit sa progression et la gestion des charges est contenue.

Les dons reculent, en effet, une nouvelle fois, avec une diminution conséquente en un an : CHF 284’000.-, pour un montant total de CHF 1,2 million en cinq ans. Tant que l’Eglise protestante de Genève n’arrivera pas à inverser cette tendance, elle est en danger.

La valorisation de l’immobilier de rendement, stratégique pour tenter d’amener des revenus alternatifs aux dons, est par contre en hausse. Les revenus bruts ont augmenté de CHF 1’153’000.- à CHF 1’887’000.- depuis l’exercice 2014-15. La marge opérationnelle est aussi passée de CHF 594’000.- à CHF 946’000.- en quelques années.

Les contributions solidaires ont été non seulement en ligne avec les attentes, mais certaines paroisses ont même contribué plus qu’attendu (106’000.- supplémentaires).

Cette année, l’Eglise protestante de Genève a, de plus, pu compter sur de généreux dons et des legs extraordinaires :

  • Don de CHF 1’200’000 en faveur du Fonds des aumôneries
  • Dons de CHF 319’000 pour le Fonds jeunes ministres et stagiaires
  • Un leg dédié (CHF 2,4 millions + 1 villa) ainsi que trois legs conséquents, pour un total de CHF 1,6 million.

Bonne nouvelle, l’Eglise protestante de Genève a obtenu pour la première fois la certification RPC 21, label qui donne de la crédibilité à toute notre organisation. Ce label de qualité est certifié par les auditeurs et donne la garantie que les normes de transparence et de rigueur sont plus élevées que celles exigées par les normes suisses. Ce label est très parlant, notamment pour les donateurs et les organisations qui aident ou voudraient aider financièrement l’Eglise protestante de Genève. Potentiellement, cela nous ouvre la porte vers la certification Zewo qui est un label de qualité pour les organisations qui recherchent des fonds.

Enfin, le codirecteur Eric Vulliez, responsable des finances, de l’immobilier et de l’informatique de l’Eglise protestante de Genève prendra d’ici quelques semaines sa retraite après six années à son poste. Valérie Chausse (50 ans) a été engagée dès le 15 mai 2018 pour lui succéder.

12 dossiers avancés à satisfaction

Le Conseil du Consistoire a présenté un rapport d’activité très clair et fourni, avec un bilan en trois catégories : 12 dossiers sont avancés à satisfaction. Il s’agit notamment des festivités autour de la célébration de la Réforme, de l’allégement et de la clarification des structures avec le Pôle santé et la Plateforme solidarité (lire par ailleurs) et de la clarification du statut de membre.

Les 8 dossiers qui ont un bilan plus contrasté nécessiteront de nouveaux efforts et réflexions (processus de régionalisation et projet de relève entre autres). Enfin, deux dossiers n’ont pas avancé comme souhaité : l’Eglise des enfants et le pourvoi des forces nécessaires au bon fonctionnement de la Chancellerie.

Le Consistoire a donné décharge en juin 2018 au Conseil du Consistoire pour son rapport annuel, ainsi qu’aux Commissions « immobilière », « juridique », « des ministères », « des stages et de la formation aux ministères », « de la musique », « d’examen de la gestion », « électorale » et « financière » pour leurs rapports respectifs.

Vidéo-blog pour communiquer

Le pasteur Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres, a présenté une proposition de « vlog » (vidéo-blog), formule choisie pour partager ce qu’une pasteure a à dire et à partager. Après la web-tv humoristique « Ma femme est pasteure », qui est une manière de présenter la fonction de pasteur auprès du public (que ce soit les médias ou monsieur ou madame tout le monde), la pasteure Carolina Costa a travaillé sur ce projet de « vlog ». C’est par ce biais qu’elle souhaite communiquer ce qu’elle a à dire et à partager en tant que pasteure et également valoriser son ministère.

Ce vlog sera un mélange de témoignages personnels, d’apports et d’outils théologiques. Ce sera en quelque sort l’étape suivante après « Ma femme est pasteure ». Le ton sera très proche du langage d’aujourd’hui et du langage des jeunes, ceux-là même que Carolina Costa entend atteindre et auprès de qui elle souhaite apporter la parole réformée et de notre Eglise. Ce vlog pourrait également être un levier pour qu’ensuite ces jeunes viennent dans nos temples et nos lieux voir ce que nous faisons.

Vers un Pôle santé et une Plateforme solidarité

Le Consistoire a voté l’entrée en manière sur la modification de la Constitution pour faire suite à la proposition du Conseil du Consistoire de créer les notions de « Pôle » et de « Plateforme ». Dans un souci de cohérence et de simplification de la structure, l’objectif est de créer un « Pôle Santé » et une « Plateforme solidarité ».

La définition proposée d’un « Service » est le regroupement de ministères cantonaux qui ont une forte synergie d’actions. Un « Pôle » caractérisera le regroupement autour d’un ministère principal, un ministère dont l’activité est en lien avec celle du ministère principal. Une « Plateforme » spécifiera un regroupement de ministères cantonaux qui, tout en œuvrant à la même dimension de la Mission de l’Eglise, n’ont pas de réelle synergie d’action. Ces changements de dénomination seront débattus lors des 2e et 3e débats.

Futures actions communes

Un premier temps d’échange sur les propositions transversales et communes à toute l’Eglise a eu lieu dans le cadre des priorités de la Mission. Trois objectifs ont été discutés : susciter à l’interne une dynamique féconde, mieux se faire connaître à l’extérieur en changeant certains regards sur l’Eglise et mettre en œuvre de manière commune et cohérente notre vision d’Eglise. Ces axes prioritaires de la Mission ont été définis après une large consultation.

Bien que communes à toute l’Eglise, ces propositions peuvent être déclinées de manière particulière en fonction de la situation des lieux et des différents ministères. Elles sont également formulées de manière à ne pas faire peser un poids trop lourd sur les différents lieux de notre Eglise. Certaines seront mises en œuvre par un groupe ad hoc puis offertes à toute l’Eglise de manière cohérente et concertée. La version définitive de ces propositions sera soumise au vote dans un deuxième temps, a priori en septembre. Elles deviendront alors des décisions engageant notre Eglise.

Les quatre propositions transversales auxquelles le Consistoire a donné son assentiment lors du Consistoire de septembre sont annoncées dans le compte-rendu de septembre.

Deux nouveaux élus à la Fondation pour la conservation des temples genevois construits avant 1907

Roger Durand et Thomas Madoery ont été élus pour représenter l’Eglise protestante de Genève au Conseil de la Fondation pour la conservation des temples genevois construits avant 1907.

Roger Durand est délégué au Consistoire pour la paroisse Lancy/Grand Sud. Il s’intéresse depuis toujours au patrimoine. Il est enseignant au Cycle d’Orientation, historien de la naissance de l’humanitaire. Propriétaire de la chapelle désaffectée du Grand-Lancy, il en a restauré les fondations et lui a donné une nouvelle mission comme siège de la Société Henry Dunant.

Thomas Madoery est membre du conseil de la paroisse suisse-allemande. Il participe pour sa paroisse, en partenariat avec l’Eglise des enfants, au projet d’une Eglise qui s’inscrit dans la vision de l’Eglise protestante de Genève dans un temple de haute importance pour Genève, le temple de la Madeleine. Afin de réaliser ce projet, ce vieux temple a besoin d’un assainissement, de changements et d’aménagements. Il participe aux discussions et réflexions sur ces aménagements.