Découvrez le parcours et la motivation de Joséphine Sanvee (62 ans) et de David Bréchet (46 ans), tous deux élus au Conseil du Consistoire jeudi 14 mars :

Comment vous présenteriez-vous ?

Josephine Sanvee

Joséphine Sanvee : Je suis mariée et maman de quatre enfants désormais adultes, qui ont tous fait leurs baptêmes et confirmations à Chêne et ont été monitrices d’Ecole du dimanche jusqu’à ce qu’elles quittent Genève pour leurs études. L’une de mes filles a été membre du Conseil de paroisse de Chêne.

David Bréchet : Je suis actuellement père au foyer. Je suis marié et j’ai deux enfants, un garçon de 9 ans et une fille de 6 ans.

Comment s’est construite votre foi ?

Joséphine Sanvee : Je suis née dans une famille chrétienne membre de l’Eglise évangélique presbytérienne du Togo, l’équivalent de l’Eglise protestante de Genève. J’ai suivi l’Ecole du dimanche puis confirmé. Au lycée, j’ai rencontré une missionnaire vaudoise qui m’a proposé de suivre le catéchisme. Avec elle, j’ai approfondi ma foi. De l’âge de 15 ans à mon départ du Togo, à 40 ans, j’ai été monitrice à l’Ecole du dimanche, à part durant les années où j’ai suivi une école de journalisme au Cameroun. Pendant cette période, j’ai intégré le Groupe biblique des élèves et étudiants, une parenthèse qui m’a permis de partager ma foi par l’évangélisation dans les écoles et par une grande ouverture à l’œcuménisme. J’ai ensuite travaillé au service communication de mon Eglise, au Togo.

David Brechet

David Bréchet : J’ai toujours baigné dedans. Mon père était missionnaire en Angola – où j’ai été baptisé – de mes 4 à mes 17 ans. J’allais chaque semaine à l’Ecole du dimanche puis aux cultes.

Avez-vous suivi sur cette voie à votre arrivée en Suisse ?

Joséphine Sanvee : Je suis devenue membre de la paroisse de Chêne quelques semaines après notre arrivée, puis à nouveau catéchète durant plusieurs années. J’ai aussi pris part à une volée de l’Atelier œcuménique de théologie et suivi une formation continue en théologie.

David Bréchet : J’ai très vite intégré le groupe de jeunes de la paroisse de Cologny. J’ai participé à des camps de ski et de catéchisme ainsi qu’à des réunions. Cela a aidé à faire grandir ma foi. Le pasteur Olivier Corthay m’a proposé de faire le catéchisme avec lui à Anières-Vésenaz. C’est tout naturellement qu’un jour s’est posé la question de devenir membre du Conseil de paroisse, fonction que j’occupe depuis plus de dix ans. J’ai aussi été suppléant au Consistoire puis titulaire. Un jour, la Commission électorale m’a demandé si je serais intéressé à rejoindre le Conseil du Consistoire. Comme je suis impliqué dans l’Eglise depuis longtemps, c’est un peu une suite logique.

Que souhaitez-vous apporter à l’Eglise protestante de Genève ?

Joséphine Sanvee : Je me suis laissé convaincre que j’ai quelque chose à apporter eu égard à mon parcours et à mon expérience actuelle au Groupe sida Genève. Je souhaite mettre mes compétences au service de l’Eglise, accompagner ses réflexions dans un contexte si complexe et contribuer à trouver des solutions. Je suis plus particulièrement sensible aux thèmes de la jeunesse, de la solidarité, de la santé et de la migration.

David Bréchet : Aider à la stratégie de l’Eglise est un beau challenge. Je me lance dans le bain avec confiance. Je ne sais pas si c’est ma foi ou ma sagesse africaine. Je souhaite apporter mon côté africain : une écoute, une certaine bienveillance et ma vision d’un monde qui n’est peut-être pas totalement le même que celui des autres membres. J’espère que mon côté ingénieur contribuera à trouver des solutions pragmatiques qui pourront aider à faire avancer l’Eglise.

A quel stade en sont les modifications de la Constitution et des Règlements relatives à la représentation au Consistoire ?

Joëlle Walther, présidente de l’Assemblée du Consistoire, et Charles de Carlini, vice-président du Conseil du Consistoire : La mise en œuvre législative des nouveaux principes de représentation au Consistoire, déjà votés par l’Assemblée du Consistoire, est en cours. Le troisième et ultime débat sur la nouvelle composition de l’Assemblée aura lieu lors du prochain Consistoire, en juin.

Où en est la validation des Statuts-types pour les Régions ?

Joëlle Walther et Charles de Carlini : Les Statuts-types de Région ont été acceptés par le Consistoire : il s’agissait de fixer un cadre afin de garantir une certaine cohérence entre les Statuts de chaque Région. Certaines Régions manquent encore de base légale, ce qui les prive d’existence juridique. La Commission juridique a préparé un canevas en partenariat avec la Direction élargie, qui regroupe présidents des Régions, délégués des pastorales, délégués des Services et paroisses cantonales. Ce canevas établit un standard de Statuts avec un certain nombre d’alternatives permettant aux Régions de faire valoir leurs spécificités.

En validant des Statuts-types, le Consistoire tient à ce que les lignes directrices conservent une certaine souplesse et flexibilité. Les prochaines étapes sont les suivantes :

  • Juin 2019 : élaboration des Statuts de chaque Région.
  • Septembre 2019 : validation par le Consistoire du découpage en Régions et de la liste des paroisses et autres entités membres des différentes Régions.
  • Octobre 2019 : adoption des Statuts de Région par chaque Région.
  • Novembre 2019 : validation par le Consistoire des Statuts de chaque Région.
  • Année 2020 : élections dans chaque Région, modification des Statuts de paroisses, de la Constitution ou des Règlements de l’Eglise protestante de Genève si nécessaire.

Quand auront lieu les élections dans chaque Région ?

Joëlle Walther et Charles de Carlini : Au printemps 2020. Déjà cette année, les Commissions électorales auront la charge de trouver des membres pour renouveler les Conseils de paroisse qui seront élus l’année prochaine. Il est proposé aux Commissions électorales de profiter de l’occasion pour chercher également des candidats pour les délégations aux Conseils de Régions et au Consistoire, qui seront désormais régionales.

Un nouveau membre a été élu à la Commission des ministères. Le diacre Eric Imseng, qui travaille à l’aumônerie des prisons et au Pôle Santé, remplace Laurent Marti, diacre à la retraite. Composée de 7 membres au minimum, cette Commission a pour mandat de discerner et d’éprouver toute vocation ministérielle pastorale, diaconale ou laïque et de l’accompagner durant tout son engagement au sein de l’Eglise protestante de Genève ; de donner au Consistoire un préavis sur toute demande de consécration; de donner des préavis sur des questions relatives à la dimension vocationnelle du ministère et de donner un préavis sur la vocation lors de l’engagement et des évaluations d’un ministre.

Le Consistoire a ratifié la Constitution de la nouvelle Eglise évangélique réformée de Suisse, dont le sigle est EERS.

Charles de Carlini : Oui, cette Constitution a été adoptée par l’Assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, le FEPS, en décembre dernier. Il appartient à chaque Eglise qui en est membre de la ratifier, ce que le Consistoire de l’Eglise protestante de Genève a fait en ce jeudi 14 mars. Dès le 1er janvier 2020, nous passerons ainsi d’une Fédération des Eglises protestantes de Suisse à une communion d’Eglises, ce qui reflète notre volonté de porter un message communautaire.

Pouvez-vous nous présenter le budget 2019-2020, voté par l’Assemblée à l’unanimité ?

Valérie Chausse, responsable des finances et codirectrice : Nous pouvons tout d’abord annoncer plusieurs bonnes nouvelles : contrairement aux années précédentes, l’Eglise protestante de Genève a enregistré une légère augmentation du nombre de donateurs, avec 7 personnes supplémentaires. Les dons liés aux appels sont en légère augmentation, par rapport au précédent budget, et une généreuse subvention continue d’être allouée aux aumôneries.

Pour en revenir au nouveau budget voté, l’exercice se révèle être à la fois une anticipation des données comptables, mais également une veille constante des ressources disponibles. Ce budget est construit dans le contexte du plan de redressement adopté par le Consistoire en 2013 en gardant à l’esprit l’objectif de réduction des dépenses et d’augmentation des revenus.

L’effort se poursuit dans un souci de maîtrise des coûts. Le budget projeté est identique au précédent, avec un déficit de CHF 154’000.-. Si le résultat de mission s’avère négatif, l’effort est maintenu au niveau du résultat hors mission, qui augmente de 16%, afin de contrebalancer cette perte. Ces rentrées, principalement issues de l’immobilier de rendement, sont de CHF 1’111’426.-.

Où en est la création d’une Commission d’étude du financement de l’Eglise protestante de Genève ?

Joëlle Walther et Charles de Carlini Le Consistoire a discuté du mandat et de la composition de cette Commission d’étude. Le tout sera soumis au vote lors du Consistoire de juin, avec également l’élection de ses membres, afin que ceux-ci puissent commencer à travailler dès septembre. Cette Commission sera chargée de faire des propositions originales pour redynamiser le système de financement de notre Eglise, qui repose actuellement sur une minorité de protestants engagés.

Quelles sont les dernières informations du groupe de travail de la pastorale inclusive ?

Joëlle Walther et Charles de Carlini : A la demande du Consistoire d’élargir la réflexion sur la bénédiction des couples de même sexe aux implications ecclésiales des nouvelles formes de conjugalité et des nouvelles configurations familiales, ce groupe de travail, sur mandat du Conseil du Consistoire, a lancé la réflexion sur la pastorale inclusive. Dans son rapport, il dresse un état de la question avec, entre autres, un panorama des positions adoptées par des Eglises parentes qui ont déjà travaillé sur le sujet. Il contient également une très riche bibliographie. Ce rapport est destiné à préparer les débats sur l’accueil inclusif et la bénédiction des couples de même sexe. Le vote de sa décharge aura lieu au Consistoire de juin. Le travail de préparation des débats sur l’accueil inclusif et la bénédiction des couples de même sexe se poursuivra en Eglise.

Quelles sont les décisions quant à la répartition des postes ministériels entre les Régions ?

Joëlle Walther et Charles de Carlini : La répartition des postes ministériels se fait sur la base des nouveaux critères votés par le Consistoire. La modification de la répartition des postes par l’application de ces nouveaux critères a permis quelques ajustements qui restent pour la plupart peu importants. Valable pour les quatre prochaines années, cette nouvelle répartition se fera avec souplesse, au gré des mutations.

L’ancien responsable des finances et codirecteur Eric Vulliez a été chaleureusement remercié pour son engagement de longue date au service de l’Eglise protestante de Genève, à l’heure où il prend une retraite bien méritée. Charles de Carlini et Alain de Felice lui ont témoigné  toute notre reconnaissance pour s’être mis avec autant de compétence que d’enthousiasme au service de la Mission.

L’Eglise protestante de Genève a la chance de pouvoir continuer à bénéficier des compétences d’Eric Vulliez, qui a accepté le mandat de conduire le projet Régionalisation, actuellement en cours.

Seul le Mémorial adopté fait foi.